DERNIERES NOUVELLES
>
Search

Attaque à Londres près d’une mosquée : un mort et dix blessés

Un homme est mort et dix autres personnes ont été blessées par une camionnette qui a fauché des piétons près d’une mosquée dans le nord-est de Londres dans la nuit de dimanche à lundi, annonce la police, qui a chargé son unité antiterroriste de l’enquête. L’attaque a eu lieu à proximité de la mosquée de Finsbury Park. Selon plusieurs organisations musulmanes, les fidèles de la mosquée ont été visés.

«Un homme a été prononcé mort sur les lieux» de l’attaque et «huit blessés ont été conduits dans trois hôpitaux différents», vait indiqué la police dans un communiqué. Deux autres personnes, légèrement blessées, ont été soignées sur place. La police ajoute que le conducteur de la camionnette, âgé de 48 ans, avait été immobilisé par les personnes sur place et arrêté par la suite par la police. «Il a été conduit à l’hôpital par précaution» et subira une évaluation psychologique selon la police.

Sadiq Khan dénonce une «attaque terroriste horrible»

La Première ministre Theresa May annonce de son côté que la police traitait les événements comme «une potentielle attaque terroriste» et a convoqué une réunion d’urgence dans la matinée. Évoquant «un événement terrible», elle a dit que «ses pensées étaient avec les blessés, leurs proches et les secours sur place». Le maire de Londres, Sadiq Khan, musulman lui-même, a dénoncé cette «attaque terroriste horrible» qui a visé «délibérément d’innocents londoniens dont beaucoup qui finissaient de prier en ce mois saint de ramadan». Le président de la République, Emmanuel Macron a écrit un message de soutien sur Twitter.

«La police a été appelée juste après 0 h 20 (1 h 20 en France) après le signalement qu’un véhicule était entré en collision avec des piétons», précise la police dans un communiqué. «A ce stade de l’enquête, aucun autre suspect n’a été identifié», selon la police, qui précise que «du fait de la nature de l’événement, des renforts de police ont été déployés afin de rassurer les communautés», en particulier la communauté musulmane qui «observe le ramadan» en ce moment.

Le service des ambulances de Londres avait de son côté annoncé avoir «envoyé plusieurs équipes sur un incident sur Seven Sisters Road». Selon MCB, organisation représentative des musulmans britanniques, l’incident s’est déroulé devant une mosquée. «Nous avons été informés qu’une camionnette avait percuté des fidèles alors qu’ils quittaient la mosquée de Finsbury Park. Nos prières vont aux victimes,» a-t-il tweeté. Harun Khan, à la tête du MCB, a affirmé que le véhicule avait «intentionnellement» foncé sur les fidèles quittant la mosquée, toujours sur Twitter.

Des témoins décrivent des scènes horribles

«Il a foncé sur les gens. Il en a traîné quelques uns sur plusieurs mètres», raconte Abdiqadir Warra, qui a assisté à l’attaque. Dans une vidéo amateur vu par l’AFP, trois personnes sont allongées sur le sol, dont une recevant du bouche-à-bouche.

«Horrible de voir des policiers faire des massages cardiaques à des gens allongés par terre en espérant désespérément les sauver», a écrit sur Twitter Cynthia Vanzella, témoin de la scène. «Nous avons vu beaucoup de personnes crier et beaucoup de blessés», a déclaré à l’AFP David Robinson, 41 ans, un témoin arrivé sur les lieux après l’incident. «Il semble que la mosquée était la cible», a-t-il ajouté. Un autre témoin de 19 ans, qui n’a pas voulu décliner son nom, a dit avoir vu un «van blanc avec trois hommes à bord». La police a coupé la circulation autour des lieux et dressé un cordon de sécurité.

La mosquée avait reçu des lettres de menaces

La mosquée de Finsbury Park était connue, au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter les prêches enflammés d’Abou Hamza. Ce prêcheur égyptien, borgne et amputé des deux avant-bras, a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux Etats-Unis pour onze chefs d’inculpations liés à une prise d’otages et pour terrorisme. La direction de la mosquée a depuis changé mais des lettres de menaces avaient été reçues après les attentats à Paris en novembre 2015.

Print Friendly



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do you know this? *